Emmanuel Mounier

citation Emmanuel Mounier
Lire ses citations / philosophe, 1905 - 1950

Emmanuel Mounier est un philosophe français né à Grenoble le 1er mai 1905, mort à Châtenay-Malabry le 22 mars 1950.Il est le fondateur de la revue Esprit et est à l'origine du courant personnaliste.Au début des années 1930, cet engagement de Mounier et de la revue Esprit pour faire face à la « crise de l'homme au XXe siècle », prend place ?? à côté de celui du mouvement l'Ordre Nouveau (Robert Aron, Alexandre Marc, Denis de Rougemont) ?? dans le courant de réflexion et de recherches d'orientation personnaliste regroupant ceux que l'historiographie désigne aujourd'hui sous l'expression de non-conformistes des années 30. Jusqu'à la guerre, Mounier s'attache à approfondir les orientations de la révolution « personnaliste et communautaire » qu'il souhaite voir se réaliser pour remédier au « désordre établi », sans tomber dans les impasses des solutions totalitaires du fascisme ou du communisme. Intéressé par certaines des premières orientations du régime de Vichy (politique de la jeunesse), il fait reparaitre Esprit, mais s'en détourne à partir de 1941 et prend contact avec le mouvement de Résistance Combat, tandis que la revue est interdite en août 1941. Arrêté, il est libéré après une éprouvante grève de la faim et se réfugie dans la Drôme où se poursuit son activité intellectuelle.Après la guerre, il multiplie les voyages et les contacts. Il participe à la réconciliation franco-allemande, le vrai point de départ de la re-création de l??Europe. En 1948, il crée le Comité français d??échanges avec l??Allemagne nouvelle.Le personnalisme, nommé aussi personnalisme communautaire, de Mounier n??est ni un système ni une doctrine. C??est une « matrice philosophique », suggère Jean-Marie Domenach, ancien directeur d??Esprit (décédé en 1997).Emmanuel Mounier meurt le 22 mars 1950 d??une crise cardiaque, à 44 ans.

Toute révolution qui ne s'accompagnera pas d'une transfiguration mourra de sa mort.
Intervention à l'Union pour la Vérité, dans la Revue Esprit, avril 1933