François De Malherbe

Lire ses citations

François de Malherbe est un poète français, né à Caen en 1555 et mort à Paris le 16 octobre 1628.Issu d'une famille noble, Malherbe s'attacha, à l'âge de 19 ans à Henri d'Angoulême, fils naturel d'Henri II, et grand prieur de France. Il combattit dans les rangs de la Ligue, avant de se marier avec la fille d' un président au Parlement et de se fixer à Aix-en-Provence. Appelé à Paris pour ses affaires en 1585, il reçut des pensions de Henri IV et de Marie de Médicis. Après la mort de son protecteur un an plus tard, il regagna d' abord la Normandie et puis la Provence. Afin de plaire de nouveau à la cour, Malherbe dédia au roi en vain les 2 poèmes Les Larmes de saint Pierre et Ode de bienvenue à Marie de Médici.Épurer et discipliner la langue française a été l'œuvre de sa vie. Malherbe considérait la poésie tout à fait comme son métier. Il manifestait pour cela une grande sévérité à l'égard du maniérisme et du baroque des poètes du siècle précédent et notamment de Philippe Desportes. On peut le considérer comme le premier théoricien de l'art classique fait de mesure et bienséance et l'un des réformateurs de la langue française. Il fut pour cela l'un des auteurs les plus constamment réédités pendant l'Ancien Régime.L'hommage que lui adressa Boileau (« Enfin Malherbe vint…, » ) exprime cette dette des écrivains classiques. Aujourd'hui cet hémistiche est passé dans la langue pour saluer l'avènement d'un progrès, d'une réforme.Ayant, même avec le roi, son franc-parler, il répondit un jour à ce dernier :« Quelque absolu que vous soyez, vous ne sauriez, Sire, ni abolir ni établir un mot, si l'usage ne l'autorise. »Malherbe, ce pessimiste, ne se faisait guère d'illusion sur son état et disait que« c'était une sottise de faire le métier de rimeur [et] qu'un poète n'était pas plus utile à l'État qu'un bon joueur de quilles. »Tallemant des Réaux, qui l'a décrit comme « rustre et incivil », a bien dépeint le caractère « maniaque » de son obsession pour la pureté de la langue. Il disait de ses ennemis « que, s'il s'y mettait, il ferait de leurs fautes des livres plus gros que leurs livres mêmes ». Certains refusèrent toujours, pour cette raison, de soumettre leurs écrits à son approbation parce que « ce n'était qu'un tyran, et qu'il abattait l'esprit aux gens ». Parmi ceux qui s'y risquèrent néanmoins, « Il dit à un homme qui lui montra un méchant poème où il y avait pour titre : POUR LE ROI, qu'il n'y avait qu'à ajouter : POUR SE TORCHER LE CUL. » Même, « une heure avant que de mourir, il se réveilla comme en sursaut d'un grand assoupissement, pour reprendre son hôtesse, qui lui servait de garde, d'un mot qui n'était pas bien français, à son gré ; et comme son confesseur lui en voulut faire réprimande, il lui dit qu'il n'avait pu s'en empêcher, et qu'il avait voulu jusqu'à la mort maintenir la pureté de la langue française. »Le seul fils qui lui restait, Marc-Antoine Malherbe, fut tué en 1627 à Cadenet par Fortia de Piles, avec l'aide de Gaspard de Covet. Malherbe mourut quinze mois plus tard.