Georges Clemenceau

citation Georges Clemenceau
Lire ses citations / homme d'Etat, 1841 - 1929

Georges Clemenceau, né le 28 septembre 1841 à Mouilleron-en-Pareds (Vendée) et mort le 24 novembre 1929 à Paris, est un homme d'Etat français, radical-socialiste qui fut président du Conseil de 1906 à 1909, puis de 1917 à 1920. Il est nommé en 1870 maire provisoire du XVIIIè arrondissement au moment où éclate la Commune, puis élu conseiller municipal du quartier de Clignancourt en 1871. Défenseur de l'amnistie pour les Communards et anticléricaliste, il prôna inlassablement la séparation de l'Eglise et de l'Etat et s'opposa à la colonisation, faisant tomber le gouvernement Jules Ferry sur cette question. Fondateur du journal La Justice et de la Société des Droits de l'Homme et du Citoyen, il travailla ensuite à L'Aurore et prit une part active dans la défense du capitaine Dreyfus.Elu sénateur en 1902, bien qu'il ait critiqué dans sa jeunesse l'institution anti-républicaine du Sénat et de la présidence de la République, il fut nommé ministre de l'Intérieur en 1906, se désignant lui-même comme le « premier flic de France ». Egalement surnommé « le Tigre », il réprima alors les grèves et mis fin à la querelle des inventaires, devenant président du Conseil de 1906 à 1909. Retournant au Sénat, il fonda un nouveau journal, L'Homme libre, renommé L'Homme enchaîné après avoir essuyé la censure au début de la Première Guerre mondiale. En novembre 1917, il fut nommé de nouveau à la présidence du Conseil et forma un gouvernement consacré à la poursuite de la guerre. Négociateur lors de la Conférence de Versailles, le « Père la Victoire », après avoir promulgué la loi des huit heures, manqua de se faire élire à la présidence de la République en 1920, étant critiqué à gauche et à droite, et se retira de la vie politique. En dehors de ses textes politiques, il écrit un roman Les plus forts puis une pièce de théâtre dans le goût chinois, Le Voile du Bonheur, qui est mise en musique, jouée à Paris et tournée pour le cinéma. Il se lie dès les années 1890 avec le peintre impressionniste dont il partage le goût pour le japonisme et qui lui offrira une toile : « Le Bloc » qui appartient aujourd??hui à la reine d??Angleterre, mais dont vous verrez une reproduction sur le mur de son bureau.