Mao Tsé-Toung

Lire ses citations

Mao Zedong, également orthographié Mao Tsé-toung, ou Mao Tsé-Tung, ou Mao Tsö-Tong (en sinogrammes traditionnels 毛澤東 ; en sinogrammes simplifiés 毛泽东 ; en pinyin Máo Zédōng (écouter)) était un homme politique et chef militaire chinois, fondateur et dirigeant de la République populaire de Chine. Fils de paysans aisés, il est né à Shaoshan (韶山 sháoshān) dans la province du Hunan (湖南 húnán) le 26 décembre 1893, et décédé à Pékin le 9 septembre 1976 des suites de la maladie de Parkinson.Un des cofondateurs du Parti communiste chinois (Shanghai, 1921), Mao Zedong parvint progressivement à s'en faire reconnaître comme le dirigeant suprême, notamment lors de l'épisode de la Longue Marche (1934-1935). Après de longues années de guérilla contre les nationalistes du Kuomintang dirigés par Tchang Kaï-Chek, ainsi que contre l'envahisseur japonais pendant la guerre sino-japonaise (1937-1945), Mao sortit vainqueur de l'ultime phase de la guerre civile chinoise, avec la victoire de l'Armée populaire de libération (1949). Il proclame la République populaire de Chine, le 1er octobre 1949 à Pékin ; il en sera le président de 1954 à 1959. Ses principaux postes, qu'il occupa jusqu'à sa mort en 1976 et qui faisaient de lui le numéro un du régime, étaient ceux de Président du parti communiste et de Président de la Commission militaire centrale, le premier lui garantissant la maîtrise du Parti, et le second celle des forces armées.Mao Zedong imposa à la population le collectivisme communiste et la dictature du parti unique, en suivant d'abord de très près le modèle soviétique. Au nom de la définition d'une « voie chinoise vers le socialisme », il se démarqua ensuite progressivement de l'URSS et fut l'inspirateur direct du Grand Bond en avant (1958-1960), politique économique qui s'est soldée dans les campagnes par la plus vaste et la plus meurtrière famine qu'ait connu le XXe siècle.Mis dès lors sur la touche par ses collaborateurs, il souleva les étudiants chinois contre la direction du Parti pour reprendre le pouvoir, livrant la Chine à la violence effrénée des gardes rouges au cours de la confuse Révolution culturelle (1966-1969). Ayant éliminé ses rivaux, disgracié les gardes rouges et rétabli l'ordre à son profit, il fit l'objet d'un culte de la personnalité porté à son paroxysme et rapprocha alors le plus la Chine populaire d'un État de type totalitaire (1969-1976). Il entama cependant une détente internationale et un rapprochement avec l'Occident, qui permit la réintégration de la Chine dans le concert mondial (entrée à l'ONU, 1971), et laissa son fidèle Premier ministre Zhou Enlai décréter le programme des « Quatre Modernisations » (1975). Celui que l'on surnomme « le Grand Timonier » mourut sans avoir désigné de successeur et la Chine réhabilita peu après un certain nombre de ses victimes, tout en s'ouvrant à une certaine forme d'économie de marché.Les écrits théoriques de Mao et sa pratique politique ont donné naissance au courant marxiste-léniniste connu sous le nom de maoïsme.