Tristesse - Le choix de la rédaction

«Il est des sourires qui ne savent qu'avouer la tristesse du coeur.» internaute

Pour en savoir plus

La tristesse est un état qui se situe entre la joie et la douleur. Swami Vivekananda disait : "La joie et la tristesse sont toutes deux des chaînes ; l'une est en or et l'autre est en fer, mais elles sont également faites pour nous enchaîner et nous empêcher de réaliser notre vraie nature."

La tristesse est la manifestation d'un état d'impuissance face à la solitude ("La tristesse est bien plus redoutable que la vieillesse et la mort." Marie de Hennezel), à l'échec ("On pleure parfois les illusions avec autant de tristesse que les morts." Guy de Maupassant), à une déception amoureuse, à la perte d'un être cher ("La maison est remplie de toi, ton odeur traîne dans les draps, je sens tes mains sur moi. Tes photos ont l'air de me surveiller et mon coeur se couche vingt-quatre heures sur vingt-quatre dans les bras de la tristesse." Lettre d'Edith Piaf à Marcel Cerdan).

La douleur est alors trop forte pour qu'elle puisse s'exprimer, la tristesse s'installe qui, si on n'y prend garde, peut mener à la dépression. Les manifestations de la tristesse, pleurs, perte d'intérêt aux choses et aux gens, repli sur soi-même, manque d'énergie sont aussi les symptômes de la dépression. La tristesse dépressive peut même conduire au suicide.

Sauf pour les amateurs de spleen que sont certains de nos écrivains, la tristesse est une émotion dont nous avons parfois honte et que l'on cache par crainte d'être moqués alors qu'il est tout à fait normal d'être triste quand nous sommes privés d'une chose ou d'une personne à laquelle nous tenons. C'est que nous sommes capables d'aimer. Le refoulement de la tristesse peut alors laisser la place à la colère. Et le refus de la tristesse peut engendrer la peur de souffrir à nouveau. Pleurer est souvent un soulagement à la tristesse : "Douces ou amères, les larmes soulagent toujours." Alfred de Musset ou :"Il y a un certain plaisir à pleurer. Par les larmes, la douleur s'épuise et s'exhale." Ovide