Nous ne sommes, après tout, qu'une vermine provisoire.
L'analyse chimique du dernier soupir, p.169 Contes Cruels

A découvrir aussi