Quand les gens vous prennent pour un monstre, il n'y a qu'une chose à faire : dépasser leurs attentes.
L'Évangile selon Sabbitha, trad. Daniel Poliquin, p.94, Éd. Leméac/Actes Sud
La folie est l'argument des faibles pour réfuter la vérité.
L'Évangile selon Sabbitha, trad. Daniel Poliquin, p.100, Éd. Leméac/Actes Sud
Cette forme de cancer qu'on appelle la conscience.
L'Évangile selon Sabbitha, trad. Daniel Poliquin, p.24, Éd. Leméac/Actes Sud
C'est ça, l'ennui, quand on n'a plus personne au monde  : on reste seul avec ses secrets de famille.
L'Évangile selon Sabbitha, trad. Daniel Poliquin, p.29, Éd. Leméac/Actes Sud
Se verser une rasade consolatrice de whisky, passe-temps national américain.
L'Évangile selon Sabbitha, trad. Daniel Poliquin, p.51, Éd. Leméac/Actes Sud
Chacun aime qu'on lui parle de lui. C'est une forme de vanité naturelle.
L'Évangile selon Sabbitha, trad. Daniel Poliquin, p.96, Éd. Leméac/Actes Sud
Tout le monde veut être le miracle de quelqu'un.
L'Évangile selon Sabbitha, trad. Daniel Poliquin, p.97, Éd. Leméac/Actes Sud
Violer un tabou donne du pouvoir.
L'Évangile selon Sabbitha, trad. Daniel Poliquin, p.20, Éd. Leméac/Actes Sud

A découvrir aussi