David Servan-Schreiber

citation David Servan-Schreiber
Lire ses citations / médecin français, 1961 - 2011

David Servan-Schreiber , né le 21 avril 1961 à Neuilly-sur-Seine et mort le 24 juillet 2011 à Fécamp, était un médecin et docteur ès sciences français.Il est issu d'une famille française célèbre. Il est le fils aîné de Jean-Jacques Servan-Schreiber et de Sabine Becq de Fouquières. Il débute ses études de médecine à la Faculté Necker-Enfants malades à Paris en 1978 et les termine au Québec à l'Université Laval en 1984. Il poursuit ensuite des études de spécialisation en médecine interne et en psychiatrie à l'Hôpital Royal Victoria de Montréal (Université McGill). Plus tard, David Servan-Schreiber rejoint ses trois frères à l'Université Carnegie Mellon de Pittsburgh. Il crée en 1988 avec Jonathan Cohen un laboratoire de Neurosciences Cognitives cliniques qu'il co-dirigera jusqu'en 1997. De 1990 à 1993, David Servan-Schreiber devient interne en psychiatrie clinique à l'Institut psychiatrique de Pittsburgh. Il est nommé professeur assistant de psychiatrie à la faculté de Médecine de Pittsburgh de 1993 à 1996, et dirige la Division de Psychiatrie de l'hôpital Shadyside du Centre Médical de l'Université de Pittsburgh de 1997 à 2001. A partir de 2003, il est surtout connu comme chercheur et auteur scientifique auprès du grand public.En 2007, David Servan-Schreiber publie un ouvrage, Anticancer, traduit en 34 langues et vendu dans le monde à plus d'un million d'exemplaires, où il parle de sa propre expérience (il est lui-même atteint d'un cancer du cerveau depuis le début des années 1990). Soigné grâce à la chirurgie, la chimiothérapie, et la radiothérapie il évoque l'importance des défenses naturelles du corps contre le cancer.Il s'est éteint le 24 juillet 2011 à l??hôpital des Hautes Falaises à Fécamp (Seine-Maritime), suite à une grave récidive de son cancer du cerveau en juin 2010. Il avait 50 ans. Quelques semaines plus tôt, il avait publié un court récit "On peut se dire au revoir plusieurs fois", dans lequel il analysait de manière courageuse et lucide les avancées inexorables de sa maladie.

Wikipedia
Si je ne reviens pas physiquement, n'oublie pas que chaque fois que tu sentiras la brise sur ton visage, ce sera moi qui serai revenu t'embrasser.
On peut se dire au revoir plusieurs fois ( phrase tirée d'une lettre qu'un homme avait envoyée à sa femme au moment de partir pour la guerre civile américaine)
Les grandes personnes aussi ont besoin de se sentir moins seules quand elles souffrent.
Guérir le stress, l'anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse

A découvrir aussi