La lecture encombre la mémoire et empêche de penser.
Le joueur de croquet, trad. Marie Tadié, p. 24
Comme tous les gens obèses à l'excès, il s'imaginait qu'il ne mangeait rien.
La vérité concernant Pyecraft, trad. Henri-D. Davray et B. Kozakiewicz, p. 112, in Le pays des aveugles
La vertu ne serait-elle alors qu'un manque d'imagination?
Une fâcheuse histoire d'amour, trad. Henri-D. Davray et B. Kozakiewicz, p.114, in Effrois et fantasmagories
C'est la douleur qui dicte au poète ses chants les plus émus.
Une fâcheuse histoire d'amour, trad. Henri-D. Davray et B. Kozakiewicz, p.116, in Effrois et fantasmagories
Les jeunes gens ont tout naturellement leur idéal particulier et c'est toujours le même.
Le choix d'une épouse, trad. Henri-D. Davray et B. Kozakiewicz, p.138, in Effrois et fantasmagories
Nulle beauté n'est une beauté pour son mari.
Le choix d'une épouse, trad. Henri-D. Davray et B. Kozakiewicz, p.139, in Effrois et fantasmagories
Quand on devient vieux, on est obligé d'être concis
Enfants des étoiles, trad. Armand Pierhal, p. 38
Un explication qui était en soi une énigme.
Le joueur de croquet, trad. Marie Tadié, p. 98
Il parlait lentement comme s'il s'exprimait en lettres majuscules.
Le joueur de croquet, trad. Marie Tadié, p. 103

A découvrir aussi